grippes aviaire méthode du docteur Breuss bronchite chronique médecines douces alternatives thérapeute holistique vaccination hépatite cancer du poumon maladies graves santé bien-être médecines holistique alternatives médecines de santé choisir de vivre en bonne santé guérison miraculeuse guérisons atypiques vivre en parfaite santé vérités sur la santé liste des médicaments dangereux santé autrement longévité
sida cancer sclérose en plaque santé guérison alternatives santé
 
Association de Partage
 
  Pour Le Bien-Être de Tous...  
guérison sida
hémorroïdes
candida albicans candidose varices, problèmes circulatoires amaroli leucémie, H1N1 breuss cancer leucémie infections virales
santé globale
miracles santé
 
Dossier du mois :

Vidéo à voir (Recueil vidéo des capacités de Guérison disponibles à l’ensemble de l’humanité.)

265 médecins témoignent des dangers et de l'inutilité des abus du dépistage systématique...

Le dépistage du cancer de la prostate est-ce vraiement une bonne stratégie de santé ?

L'Aluminium cet Adjuvant Alimentaire, Pharmaceutique, et Cosmétique Omniprésent Partout Qui Nous Rend Malade !

Des Clés Pour Votre Guérison :

Manger Régulièrement de la Viande : Est-ce Bon Pour Notre Santé ?
Méthode de Déparasitage Rapide Pour Renforcer votre Systeme Immunitaire
Guérir les Cancer et la Leucémie
Guérir Du Sida
Guérir les Maladies "Incurables"
Sclérose en Plaques, Une Cause Élucidée
Guérisons Atypiques
Hémorroïdes, Varices, Candidose
Prévention Cancer
Intolérance au Gluten, Maladie Coeliaque
Comment Aider/Soigner une Personne EHS / Eléctrohypersensible ?
Guérir la Leishmaniose
La Nourriture pranique, peut elle vous assurer la santé totale?
Magnétisme Miraculeux...
Régération, Méthode du Dr GRABOVOI.
Suite : Les codes de guérison.
Comment Mieux Prévenir ce Cancer du Sein (en forte croissance) ? Le VERITABLE Risque des hormones artificielles.
Comment hydrater correctement et intelligemment son corps ?
Mieux Comprendre l'électrosensibilité
Soyez Heureux ! Gérez simplement vos émotions, alors votre vie va s'améliorer à tous points de vue...

D'Autres Remèdes Existent:

La Sève de Bouleau : un Élixir Précieux
Comment Utiliser l'EFT ? La Technique de Libération des Émotions.
La Puissance de L'Argent Colloïdal
MMS ou CL-O2 un Remède Miracle ?
Le 714X un Remède Miracle ?
Le Kéfir Puissant Probiotique
Les Bienfaits du Magnésium
Les Aliments qui Protègent de la Radioactivité
Thérapie pour le VIH/Sida selon Dr Clark
Programme d’assainissement de la dentition selon le Dr Clark
Programmes Antiparasitaires Méthode Dr Clark
Programmes Clark de Nettoyage Reins, Foie, Vésicule Biliaire
Pour Le droit de Semer et de Vivre en Bonne Santé

Sources d'Empoisonnement Méconnues

Dans quel proportion devrions-nous consommer les Produits Laitiers ?
D'où vient le "Syndrôme des Morgellons"?
ChemTrails (Par Michel Dogna)
ChemTrails (...suite)
Empoisonnement par le Mercure
L'étrange maladie des Morgellons
Liste des médicaments contenant la substance : Thiomersal, le Mercure.
Vidéos Conférences Utiles
Médicaments & Santé
Bien Gérer les Climatisations!
Comment devient-on EHS ?
Parasites & Épidémies Menacante, Leishmaniose
La Chimiothérapie est-ce vraiment sans danger ? Une étude scientifique révèle l'imposture...

Infos "Réjouissantes!" :

Livres Utiles (Téléchargement)
Transformation, Régénération et Guérison par la Méthode de Concentration du célèbre Dr GRABOVOI.
=> Suite : Les codes de guérison du Dr GRABOVOI.
Acupuncture et MTC
Longévité au Japon
Les Formidables Trouvailles de Gaston Naessens
Livres Environnement Santé
De Belles Histoires, pour Rire et s'Émouvoir Positivement.
Témoignage de Daniel Barenboim
L'Ahurissante Volte-Face du Gouvernement !
Pour la Santé de Nos Enfants... Projet de Loi 531
La Malédiction du Gaz de Schiste
Les anges ne jouent pas de cette HAARP
Qu'est-ce que cette "Médecine Esprit" dont on entend parler ?
Proposition de Loi sur les Technologies sans fil Wifi
Notre Éthique
Sites Amis

Espoir Santé Pour les Animaux

Il y a URGENCE : Sauvez-les... C'est une Question de Survie pour l'Humanité...
Sauvez les Abeilles, Sauvez l'Humanité
Guérisons Stupéfiantes chez nos amis les Animaux
Les Maladies émergentes

Le Nouveau Corona-Virus
Comment Aider / Soigner une Personne EHS / Eléctrohypersensible ?
D'où vient le "Syndrôme des Morgellons"?
 

Note Préalable

Ce site à but non-lucratif, vous donne de façon indépendante (non-alignée) et altruiste de l'information GRATUITE, pour la préservation de votre SANTÉ.

Il contient des concepts pouvant contrarier certains professionnels de la médecine officielle, si bien que nous vous conseillons de consulter d'abord votre MÉDECIN de famille, votre cancérologue, et votre conscience...

Les informations données sont indicatives. Il va de soi que les applications possibles ou les effets thérapeutiques décrits sur ces pages internet ne sauraient remplacer un quelconque diagnostic et / ou un traitement sous contrôle médical. Au moindre trouble, il est absolument nécessaire de consulter un médecin. En aucun cas, les rédacteurs de ce site, ou le webmaster ne pourront être tenu pour responsable des conséquences d'une application incorrecte ou imprudente de l'usage des produits, méthodes et applications présentés au fil de ces pages.

J'ai lu cet avertissement, j'ai plus de 18 ans, je clique ici...

Suite à une demande de fermeture du site reçue en Juillet 2011, probablement liée à ce qui semble être une campagne de censure Internet relative au "politiquement correcte" ; et étant convaincu de la légitimité de ce site à BUT NON LUCRATIF, Notre comité a décidé d'entamer une procédure pour sa survie, et de diffuser ces informations pour protéger notre précieuse LIBERTE D'EXPRESSION.

De tout coeur, nous revendiquons notre tolérance, notre respect, et la sincérité du but altruiste qui nous anime : informer pour sauver des vies... Nous attestons sur l'honneur de n'être affilié à aucune secte, à aucun média, à aucun gourou et donc à aucun parti politique....
Nous vous remercions pour vos messages de soutien et vos aides pour préserver la liberté d'expression de l'humanité et de ses internautes. Merci aux webmasters faisant gratuitement notre promotion. MERCI de tout coeur. Caroline Martin, responsable fondatrice.

livre guérir et prévenir les maladies

Parce que le RIRE et les petites émotions de joie sont facteur de Santé Voici Quelques Belles Histoires Vraies... Pour le bien-être de tous...

Histoire Vraie : " Jasmine"

hommage à Jasmine, chien sauveteur altruiste - histoire vraie club pour la vie et Jasmine, une chienne  sauveteur géniale

En 2003, des policiers anglais trouvèrent dans un abri de jardin un chien apeuré qui avait été enfermé et abandonné. Il était sale, affamé, et avait clairement été maltraité.

Les policiers emmenèrent le chien, un lévrier femelle, dans un refuge près de là. Le personnel du refuge travailla à restaurer la santé et la confiance du chien. Cela prit plusieurs semaines, mais finalement le but fut atteint.

Ils l'appelèrent Jasmine, et s'inquiétèrent alors de lui trouver une famille adoptive.

Mais Jasmine avait d'autres plans.
Personne ne se souvient comment cela a commencé, mais elle se mit à accueillir tous les animaux qui arrivaient au refuge.

Peu importe si c'était un chiot, un renard, un lapin ou un autre animal perdu ou blessé, Jasmine allait vers la cage et autant que possible donnait un coup de langue de bienvenue.

L' histoire vraie d'une chienne altruiste "Nous avions trouvé 2 chiots qui avaient été abandonnés près d'une ligne de chemin de fer. L'un était un croisement lakeland terrier et l'autre un croisement jack russel doberman.

Ils étaient minuscules lorsqu'ils sont arrivés et Jasmine s'est approchée, a pris l'un par la peau du cou et l'a amené sur le canapé. Ensuite elle a été chercher l'autre  puis elle s'est installée avec eux, et les a couvés.

Mais elle est comme ça avec tous nos animaux, même les lapins. Elle enlève leur stress et les aide non seulement à se sentir proches d'elle mais aussi à s'adapter à leur nouvel environnement."

histoire de Jasmine une chienne sauveteur d'animaux
"Elle a fait la même chose avec les bébés renard et blaireau, elle lèche les lapins et les cochons d'inde et laisse même les oiseaux se percher sur son nez." Jasmine, timide et maltraitée, est devenue la mère surrogée du refuge, un rôle pour lequel elle était née.


La liste des jeunes animaux orphelins et abandonnés dont elle s'est occupée inclut 5 renardeaux , 4 petits blaireaux, 15 poussins, 8 cohons d'inde, 2 chiots et 15 lapins. Ainsi qu'un faon. Le minuscule Bramble, à 11 semaines, fut trouvé à demi conscient dans un champ.


A son arrivée au refuge, Jasmine l'a couvé pour le tenir au chaud, et a joué le rôle de la mère. Jasmine le lévrier couvre Bramble le faon d'affection et veille sur lui.







amitié fraternelle entre animaux - histoires vraies du club pour la vie Ils sont inséparables. Bramble marche entre ses pattes et ils n'arrêtent pas de s'embrasser. Ils font le tour du refuge ensemble. C'est vraiment beau de les voir ensemble.

Jasmine continuera à s'occuper de Bramble jusqu'à ce qu'il soit assez agé pour retourner vers la vie sauvage. Lorsque cela arrivera, Jasmine ne sera pas seule. Elle sera trop occupée à donner toute son affection et tout son amour à un autre orphelin ou victime de maltraitance.


amitié fraternelle entre animaux - histoires vraies du club pour la vie De gauche à droite : Toby, croisement lakeland errant; Bramble, faon orphelin; Buster, croisement jack russel errant; un lapin abandonné; Sky, une chouette de ferme blessée; et Jasmine avec son coeur de mère faisant ce qu'une mère aimante fait de mieux...


Histoire Vraie : Les Billes Rouges

J'étais à l'épicerie du coin en train d'acheter des pommes de terre nouvelles. J'ai remarqué un petit garçon, d'ossature délicate, pauvrement vêtu mais propre, regardant avec envie un panier de fèves vertes fraichement cueillies.

J'avais déjà payé pour mes pommes de terre mais je me suis arrêter aux fèves vertes. J'adore la soupe aux fèves et aux patates. Choississant des fèves, je ne pu m'empêcher d'entendre la conversation entre Monsieur Miller (le propriétaire du magasin) et le pauvre garçon qui était à côté de moi.

"Allo Barry, comment vas-tu aujourd'hui?"

"Allo M. Miller, Ça va bien merci, j'étais juste en train d'admirer vos fèves. Elles ont l'air vraiment très bonnes."

"Elles sont bonnes Barry. Comment va ta mère?"

"Bien. Elle n'arrête pas de prendre du mieux."

"Bien. Puis-je faire quelque chose pour toi?"

"Non Monsieur, je ne faisais qu'admirer ces fèves."

"Voudrais tu en rapporter à la maison?" demanda M. Miller.

"Non Monsieur, je n'ai rien pour les payer."
"Et bien, que pourrais me donner en échange de quelques fèves?"

"Tout ce que j'ai, c'est ma précieuse bille que voici."

"C'est une vraie? Laisse moi la voir." dit M. Miller
"Voici, elle est de qualité."

"Oui, je peux voir ça. Hmmmm, la seule chose c'est qu'elle est bleue et j'en recherche une rouge vif. En as-tu une rouge comme ça chez toi?"

"Pas rouge vif, mais presque..."

Tu sais quoi, ramènes ce sac de fèves avec toi à la maison et quand tu repasseras dans le coin, tu me montreras cette bille rouge" lui dit M. Miller. "Bien sûr M. Miller. Merci."

Madame Miller, qui était debout juste à côté, est venue pour m'aider... Avec un sourire, elle a dit "Il y a 2 autres garçons comme lui dans notre quartier, les trois sont dans des conditions vraiment précaires. Jim adore marchander avec eux pour des fèves, des pommes, des tomates ou n'importe quoi d'autres. Lorsqu'ils reviennent avec leurs billes rouges, et ils le font toujours, Jim décide que finalement il ne veut plus de rouge et les renvois chez eux avec un sac d'une autre marchandise en échange d'une bille verte ou une orange, lorsqu'ils reviendront au magasin."

J'ai quitté le magasin avec un sourire au coeur, impressionné par cet homme. Peu de temps après je suis déménagé au Colorado, mais je n'avais jamais oublié l'histoire de cet homme, les garçons et leurs marchandages de billes.

Plusieurs années passèrent, chacune plus rapidement que les précédentes. Récemment j'ai eu l'occasion de visiter de vieux amis dans ce quartier de l'Idaho et pendant que j'y étais, ce M. Miller est décédé.

Il y avait les funérailles ce soir là et je sachant que mes amis désiraient s'y rendre, je les ai accompagné. À notre arrivée au salon, nous étions dans une ligne pour rencontrer les personnes éprouvées et leurs offrir nos sympathies.

Devant nous dans la ligne il y avait trois jeunes hommes. L'un d'eux était en uniforme d'armée et les deux autres hommes étaient bien coiffé, en habits noirs et chemises blanches... tous paraissant vraiment bien. Ils s'approchèrent de Madame Miller, qui était debout calme et souriante à côté du cercueil de son mari. Chacun des trois jeunes hommes lui fit une caresse, l'embrassa sur la joue, lui parla brièvement et s'approcha du cercueil.

Ses yeux bleus clairs rougis les suivèrent et, un par un, chacun des jeunes hommes s'arrêta brièvement et metta leur main tout au dessus de la main pâle et froide dans le cercueil . Chacun d'eux sortit maladroitement du salon, en essuyant leurs yeux.

C'était notre tour de rencontrer Mme Miller. Je lui ai dit qui j'étais et lui rappela l'histoire d'il y avait longtemps et ce qu'elle m'avait raconté concernant les marchandages de billes. Avec ses yeux brillants, elle prit ma main et me conduit au cercueil.

"Ces trois jeunes hommes qui viennent juste de quitter étaient les garçons dont je vous parlais. Ils viennent tout juste de me dire combien ils avaient apprécié la façon dont Jim les "marchandait". Maintenant, finalement, puisque Jim ne pouvait plus changer d'idée concernant la couleur ou la grosseur de la bille... ils sont venus payer leur dette."

"Nous n'avons jamais eu l'occasion de faire fortune dans ce monde" me confia t'elle "Mais présentement, Jim se serait considéré comme l'homme le plus riche de l'Idaho."

Avec tendresse, elle leva les doigts de son mari décédé. En-dessous de sa main se trouvaient trois billes d'un rouge éclatant.

La morale: On ne se souviendra pas de nous par nos paroles, mais par nos bonnes actions... La vie ne se mesure pas par le nombre de respiration que nous prenons, mais par les moments qui font que l'on retiennent notre respiration...

Aujourd'hui je vous souhaite une journée remplie de ces petits bonheurs - Du café frais que vous n'avez pas préparé vous-même... Un coup de téléphone d'un vieil ami... Des feux verts sur votre chemin pour vous rendre au travail... La ligne la plus rapide à l'épicerie... Une bonne chanson à la radio... Vos clés retrouvées à la même place que vous les aviez laissées.

Vous seriez bien avisé d'envoyer cette histoire aux personnes que vous n'oublierez jamais...

CE N'EST PAS CE QUE NOUS RÉCOLTONS, MAIS CE QUE NOUS SÈMONS QUI DIT QUELLE GENRE DE VIE NOUS AVONS VÉCU...


Histoire Vraie : Des mots gentils...

Un jour, une prof demande à ses élèves de noter le nom de tous les élèves de la classe sur une feuille et de laisser un peu de place à côté de chaque nom.

Puis, elle leur dit de penser à ce qu'ils pouvaient dire de plus gentil au sujet de chaque camarade et de le noter à côté de chacun des noms. Cela pris toute une heure jusqu'à ce que tous aient fini et avant de quitter la salle de classe, les élèves remirent leur copie à la prof.

Le week-end, la prof écrivit le nom de chaque élève sur une feuille et à côté toutes les remarques gentilles que les autres avaient écrit au sujet de chacun. Le lundi, elle donna à chaque élève sa liste.
Peu de temps après, tous souriaient.
« Vraiment ? » entendait-on chuchoter...
« Je ne savais pas que j'avais de l'importance pour quelqu'un !
« Je ne savais pas que les autres m'aimaient tant » étaient les commentaires que l'on entendait dans la salle de classe..
Personne ne parla plus jamais de cette liste. La prof ne savait pas si les élèves en avaient parlé entre eux ou avec leurs parents, mais cela n'avait pas d'importance. L'exercice avait rempli sa fonction. Les élèves étaient satisfaits d'eux-mêmes et des autres.

Quelques années plus tard, un élève tomba, mort au Vietnam et la prof alla à l'enterrement de cet élève. L'église était comble. Beaucoup d'amis étaient là.. L'un après l'autre, ils s'approchèrent du cercueil pour lui adresser un dernier adieu. La prof alla en dernier et elle trembla devant le cercueil. Un des soldats présents lui demanda « Est-ce que vous étiez la prof de maths de Marc ? » Elle hocha la tête et dit : « oui. »

Alors il lui dit : » Marc a souvent parlé de vous. » Après l'enterrement, la plupart des amis de Marc s'étaient réunis. Les parents de Marc étaient aussi là et ils attendaient impatiemment de pouvoir parler à la prof. « Nous voulions vous montrer quelque chose. » dit le père de Marc et il sortit son portefeuille de sa poche. « On a trouvé cela quand Marc est tombé à la guerre. Nous pensions que vous le reconnaîtriez.. »

Il sortit du portefeuille un papier très usé qui avait dû être recollé, déplié et replié très souvent. Sans le regarder, la prof savait que c'était l'une des feuilles de la fameuse liste des élèves contenant beaucoup de gentilles remarques écrites à l'époque par les camarades de classe au sujet de Marc.

« Nous aimerions vous remercier pour ce que vous avez fait. » dit la mère de Marc « Comme vous pouvez le constater, Marc a beaucoup apprécié ce geste. Tous les anciens élèves se réunirent autour de la prof. Charlie sourit et dit : » J'ai encore ma liste. Elle se trouve dans le premier tiroir de mon bureau.» La femme de Chuck dit : « Chuck m'a prié de la coller dans notre album de mariage. »

« Moi aussi, j'ai encore la mienne, » dit Marilyn « Elle est dans mon journal intime »

Puis, Vicky, une autre élève, prit son agenda et montra sa liste toute usée aux autres personnes présentes. » Je l'ai toujours avec moi, » dit Vicky et elle ajouta : »Nous l'avons tous gardée.»

La prof était si émue qu'elle dut s'asseoir et elle pleura.
Elle pleurait pour Marc et pour tous ses amis qui ne le reverraient plus jamais.

Dans le quotidien avec les autres, nous oublions trop souvent que toute vie s'arrête un jour et que nous ne savons pas quand ce jour arrivera. C'est pourquoi, il est important de dire aux personnes, que l'on aime et qui nous sont importantes, qu'elles sont particulières et importantes.

Ca vaut la peine que l'on réfléchisse sur notre relation avec les autres...


Soyez en Paix
Soyez Heureux...

-----------------------------------

DEUX LOUPS

Un soir, un vieux Cherokee parlait à son petit-fils du combat qui a lieu à l'intérieur des gens.

Il disait : « Mon petit, il y a une lutte entre deux loups à l'intérieur de chacun de nous.

« L'un est le Mal – c'est la colère, l'envie, la jalousie, le chagrin, le regret,    la cupidité, l'arrogance, l'apitoiement, la culpabilité, l'amertume,    le sentiment d'infériorité, le mensonge, l'orgueil, la supériorité et l'égo  ».

« L'autre est le Bien – c'est la joie, la paix, l'amour, l'espoir, la sérénité, l'humilité,    la bonté, la bienveillance, l'empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. »
Le petit-fils a réfléchi pendant quelques instants, puis il a demandé à son grand-père : « Quel loup va gagner? »

 Le vieux Cherokee a simplement répondu : « Celui que tu nourris. »

--------------------------------

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas." Prophétie d'un Amérindien Cree

-------------------------------

chance et malchance.

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du chateau voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours. "Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ?" demandait-il.

Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là. Tous les villageois lui disent : "On te l'avait bien dit ! Tu aurais mieux de le vendre. Maintenant, on te l'a volé... quel malchance !" Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?" Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec tout une horde de chevaux sauvages. Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.

"Quelle chance !" disent les villageois. Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement. "Quelle malchance !" disent ses amis. "Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider !" Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles. Tous... sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée. "Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer..." Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu'il nous réserve. Mais une attitude positive permanente nous ouvre les portes de la chance, de la créativité, et nous rend plus heureux.


"Souvenez-vous que le bonheur dépend non pas de ce que vous êtes ou de ce que vous possédez, mais uniquement de votre façon de penser." (DC)

"Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. Le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse." (Confucius)

-------------------------------

A la caisse d'un supermarché

A la caisse d'un supermarché, une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.
La caissière lui reproche alors de ne pas se mettre à « l'écologie » et lui dit:
« Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! »

La vieille femme, s'excusant auprès de la caissière, expliqua : « Je suis désolée, nous n'avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »

Alors qu'elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta une couche:

« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps ! »

La vieille dame, se retournant, admît qu'à l'époque :
« On retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de limonade et de bière au magasin qui les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées. Mais c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux.
On marchait jusqu'à l'épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« À l'époque, on lavait les couches de bébé avec du savon ; on ne connaissait pas les couches jetables ni les lingettes.
On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans un machine avalant 3.000 watts à l'heure.
On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.
On recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre.
Mais c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« À l'époque, on n'avait qu'une TV ou une radio dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Texas.
Dans la cuisine, on s'activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

« À l'époque, on utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon ; on n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées.
On travaillait physiquement, on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
Mais c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« À l'époque, on buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif, on n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu'on voulait prendre de l'eau.
On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« À l'époque, les gens prenaient le bus ou le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l'école au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24.
Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers à jeter fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique. »

« À l'époque, on avait une prise de courant par pièce, pas une bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui. »

« ALORS NE VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON SAC PLASTIQUE ET TON MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE ! »

La vieille dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l'environnement.


-------------------------------


hommage à  Irena Sendler qui sauva 2500 enfants de la mort programmé via le Ghetto de Varsovie

Histoire Vraie : Irena Sendler

Irena Sendler. Récemment décédée à 98 ans.

Elle demanda pendant la 2ème guerre mondiale à aller travailler dans le Ghetto de Varsovie, comme plombier, serrurier.
Elle avait une motivation bien particulière.

Elle connaissait les plans d'extermination des nazis envers les juifs, elle était allemande.
Irena a caché des enfants dans le fond de sa boite à outils qu'elle transportait à l'arrière de son véhicule ainsi qu'un grand sac (pour les enfants plus grands)

Elle avait aussi un chien à l'arrière qu'elle a entrainé à aboyer quand les soldats allemands la contrôlait à l'entrée et à la sortie du ghetto.Les soldats ne pouvaient rien contre le chien qui couvrit en fait le bruit que pouvait faire les enfants.
Elle sauva 2500 enfants en les cachant ainsi.

Elle fut arrêtée et les nazis lui brisèrent les jambes, les bras et la torturèrent très sévèrement. Irena garda tous les noms des enfants qu'elle avait fait partir du Ghetto et garda ces noms dans une jarre en verre enterrée derrière un arbre au fond de son jardin derrière sa maison.

Après la guerre, elle essaya de localiser tous les parents qui avaient pu survivre et tenta de réunir les familles; mais la plupart avaient été gazés. Les enfants qui avaient été sauvés ont été placés dans des familles d'accueil ou ont été adoptés. L'année dernière elle a été proposée pour le prix Nobel de la Paix, mais n'a pas été retenue; c'est Al Gore qui fut primé pour son film sur le réchauffement de la planète.

Ce présent texte veut rendre hommage à la mémoire des 20 millions de Russes, des 10 millions de chrétiens et autres, des 8 millions de tziganes, des 6 millions de juifs et des 1900 prêtres catholiques qui ont été massacrés, assassinés, brûlés et humiliés durant la 2nde guerre mondiale...

-------------------------------

Blague drôle (?) :

Elle lui envoie le SMS Suivant :

Mon amour :
Si tu es en train de dormir, envoies moi tes rêves
Si tu es en train de rire, envoies moi tes sourires
Si tu es en train de pleurer, envoies moi tes larmes
Je t'aime


Lui, lui fait la réponse suivante :


Je suis aux chiottes

Je t'envoie quelque chose ?


---------------------------------------

Histoire vraie : " A Girl with an Apple"

 August 1942. Piotrkow , Poland .

 The sky was gloomy that morning as we waited anxiously. All the men, women and children of Piotrkow's Jewish ghetto had been herded into a square.

 Word had gotten around that we were being moved. My father had only recently died from typhus, which had run rampant through the crowded ghetto. My greatest fear was that our family would be separated.

 "Whatever you do," Isidore, my eldest brother, whispered to me, "don't tell them your age. Say you're sixteen.

"I was tall for a boy of 11, so I could pull it off. That way I might be deemed valuable as a worker.

 An SS man approached me, boots clicking against the cobblestones. He looked me up and down, and then asked my age.

"Sixteen," I said. He directed me to the left, where my three brothers and other healthy young men already stood.

 My mother was motioned to the right with the other women, children, sick and elderly people.

I whispered to Isidore, "Why?"

He didn't answer.

 I ran to Mama's side and said I wanted to stay with her.

"No, "she said sternly.

 "Get away. Don't be a nuisance. Go with your brothers."

 She had never spoken so harshly before. But I understood: She was protecting me. She loved me so much that, just this once, she pretended not to. It was the last I ever saw of her.

 My brothers and I were transported in a cattle car to Germany .

We arrived at the Buchenwald concentration camp one night weeks later and were led into a crowded barrack. The next day, we were issued uniforms and identification numbers.

"Don't call me Herman anymore." I said to my brothers. "Call me 94983."

 I was put to work in the camp's crematorium, loading the dead into a hand-cranked elevator.

I, too, felt dead. Hardened, I had become a number.

 Soon, my brothers and I were sent to Schlieben, one of Buchenwald 's sub-camps near Berlin .

One morning I thought I heard my mother's voice.

"Son," she said softly but clearly, I am going to send you an angel."

Then I woke up. Just a dream. A beautiful dream.

But in this place there could be no angels. There was only work. And hunger. And fear.

A couple of days later, I was walking around the camp, around the barracks, near the barbed-wire fence where the guards could not easily see. I was alone.

On the other side of the fence, I spotted someone: a little girl with light, almost luminous curls. She was half-hidden behind a birch tree.

I glanced around to make sure no one saw me. I called to her softly in German. "Do you have something to eat?"

She didn't understand.

I inched closer to the fence and repeated the question in Polish. She stepped forward. I was thin and gaunt, with rags wrapped around my feet, but the girl looked unafraid. In her eyes, I saw life.

She pulled an apple from her woolen jacket and threw it over the fence.

I grabbed the fruit and, as I started to run away, I heard her say faintly, "I'll see you tomorrow."

I returned to the same spot by the fence at the same time every day. She was always there with something for me to eat - a hunk of bread or, better yet, an apple.

We didn't dare speak or linger. To be caught would mean death for us both.

I didn't know anything about her, just a kind farm girl, except that she understood Polish. What was her name? Why was she risking her life for me?

Hope was in such short supply, and this girl on the other side of the fence gave me some, as nourishing in its way as the bread and apples.

 Nearly seven months later, my brothers and I were crammed into a coal car and shipped to Theresienstadt camp in Czechoslovakia .

"Don't return," I told the girl that day. "We're leaving."

I turned toward the barracks and didn't look back, didn't even say good-bye to the little girl whose name I'd never learned, the girl with the apples.

 We were in Theresienstadt for three months. The war was winding down and Allied forces were closing in, yet my fate seemed sealed.

On May 10, 1945 , I was scheduled to die in the gas chamber at 10:00 AM .

In the quiet of dawn, I tried to prepare myself. So many times death seemed ready to claim me, but somehow I'd survived. Now, it was over.

I thought of my parents. At least, I thought, we will be reunited.

 But at 8 A.M. there was a commotion. I heard shouts, and saw people running every which way through camp. I caught up with my brothers.

 Russian troops had liberated the camp! The gates swung open. Everyone was running, so I did too. Amazingly, all of my brothers had survived;

 I'm not sure how. But I knew that the girl with the apples had been the key to my survival.

In a place where evil seemed triumphant, one person's goodness had saved my life, had given me hope in a place where there was none.

 My mother had promised to send me an angel, and the angel had come.

 Eventually I made my way to England where I was sponsored by a Jewish charity, put up in a hostel with other boys who had survived the Holocaust and trained in electronics. Then I came to America , where my brother Sam had already moved. I served in the U. S. Army during the Korean War, and returned to New York City after two years.

By August 1957 I'd opened my own electronics repair shop. I was starting to settle in.

One day, my friend Sid who I knew from England called me.

"I've got a date. She's got a Polish friend. Let's double date."

A blind date? Nah, that wasn't for me.

But Sid kept pestering me, and a few days later we headed up to the Bronx to pick up his date and her friend Roma.

I had to admit, for a blind date this wasn't so bad. Roma was a nurse at a Bronx hospital. She was kind and smart. Beautiful, too, with swirling brown curls and green, almond-shaped eyes that sparkled with life.

 The four of us drove out to Coney Island . Roma was easy to talk to, easy to be with.

Turned out she was wary of blind dates too!

We were both just doing our friends a favor. We took a stroll on the boardwalk, enjoying the salty Atlantic breeze, and then had dinner by the shore. I couldn't remember having a better time.

 We piled back into Sid's car, Roma and I sharing the backseat.

As European Jews who had survived the war, we were aware that much had been left unsaid between us. She broached the subject, "Where were you," she asked softly, "during the war?"

"The camps," I said. The terrible memories still vivid, the irreparable loss. I had tried to forget. But you can never forget.

She nodded. "My family was hiding on a farm in Germany , not far from Berlin ," she told me. "My father knew a priest, and he got us Aryan papers."

I imagined how she must have suffered too, fear, a constant companion. And yet here we were both survivors, in a new world.

 "There was a camp next to the farm." Roma continued. "I saw a boy there and I would throw him apples every day."

 What an amazing coincidence that she had helped some other boy. "What did he look like? I asked.

"He was tall, skinny, and hungry. I must have seen him every day for six months."

My heart was racing. I couldn't believe it.

 This couldn't be.

"Did he tell you one day not to come back because he was leaving Schlieben?"

Roma looked at me in amazement. "Yes!"

"That was me!"

 I was ready to burst with joy and awe, flooded with emotions. I couldn't believe it! My angel.

 "I'm not letting you go." I said to Roma. And in the back of the car on that blind date, I proposed to her. I didn't want to wait.

"You're crazy!" she said. But she invited me to meet her parents for Shabbat dinner the following week.

There was so much I looked forward to learning about Roma, but the most important things I always knew: her steadfastness, her goodness. For many months, in the worst of circumstances, she had come to the fence and given me hope. Now that I'd found her again, I could never let her go.

 That day, she said yes. And I kept my word. After nearly 50 years of marriage, two children and three grandchildren, I have never let her go.

Herman Rosenblat of Miami Beach , Florida



This is a true story and you can find out more by Googling Herman Rosenblat. He was Bar Mitzvahed at age 75.

This story is being made into a movie called The Fence.

 



Vous trouverez les livres et outils du Docteur Hulda Clark, en cliquant ici...


-----------------------------------    Publicité   -   Cliquez sur l'image   --------------------------------
Guérissez vous, vous et vos proches naturellement, simplement! et efficacement!

louer une salle de reunion facilement à Paris - réunion, formation, entretiens à Paris


Affiliation au site (cliquez ici):
santé, guérison, bien-être


© 2006-2014 Club Pour La Vie • Collectif de Bénévoles Sans But Lucratif • Pour une Information Véritable.

Si vous êtes malade, consultez un médecin...

Comment Mieux Prévenir ce Cancer du Sein (en forte croissance) ? Le VERITABLE Risque des hormones artificielles. ♦ Transformation, Régénération et Guérison par la Méthode du Dr GRABOVOI.  ♦  => Les codes de guérison du Dr GRABOVOI ♦  La Chimiothérapie est-ce vraiment sans danger ? Une étude scientifique révèle l'imposture... ♦  Dans quel proportion devrions-nous consommer les Produits Laitiers ? ♦  La Nourriture pranique, peut elle vous assurer la santé totale? ♦  Pour Le Droit de Semer et de Vivre en Bonne Santé ♦  La Sève de Bouleau ♦  Le NCorona-Virus ♦  Le dossier Viande ♦  L'étrange maladie des Morgellons ♦  Pour la Santé de Nos Enfants, SVP, Encouragez votre Député à Étudier Le Projet de Loi qui sera Examiné le 31 janvier 2013 ♦  Guérir Cancer, Leucémie ♦  Comment Utiliser l'EFT ? La Technique de Libération des Emotions. ♦  Sclérose en Plaques ♦  Guérir Sida ♦  En manque d'Énergie ? ♦  Guérir les maladies "incurables" ♦  Détoxination, Rajeunissement, Glutathion ♦  Réparation, Rajeunissement, Carnosine ♦  Médecine Esprit ♦  Les Aliments qui protègent de la Radioactivité ♦  Médicaments & Santé ♦  Vidéos Conférences ♦  L'Argent Colloïdal ♦  CL-O2 remède miracle ? ♦  Le 714X ♦  Le Kéfir ♦  Hémorroïdes, Varices, Candidose ♦  Guérisons atypiques ♦  Les Bienfaits du Magnésium ♦  Téléchargements GRATUITS ♦  Acupuncture et MTC ♦  Longévité ♦  Gaston Naessens ♦  Attention aux Climatisations! ♦  Plus de Livres ♦  Belles Histoires ♦  Les anges ne jouent pas de cette Haarp ♦  Témoignage de D.Barenboim ♦  Sites Amis ♦  Éthique ♦  Thérapie pour le VIH/Sida selon Dr Clark ♦  Prévention Cancer ♦  Intolérance au Gluten, Maladie Coeliaque
Plan des Sites - sitemap