grippes aviaire méthode du docteur Breuss bronchite chronique médecines douces alternatives thérapeute holistique vaccination hépatite cancer du poumon maladies graves santé bien-être médecines holistique alternatives médecines de santé choisir de vivre en bonne santé guérison miraculeuse guérisons atypiques vivre en parfaite santé vérités sur la santé liste des médicaments dangereux santé autrement longévité
sida cancer sclérose en plaque santé guérison alternatives santé
 
Association de Partage
 
  Pour Le Bien-Être de Tous...  
guérison sida
hémorroïdes
candida albicans candidose varices, problèmes circulatoires amaroli leucémie, H1N1 breuss cancer leucémie infections virales
santé globale
miracles santé
 
Dossier du mois :

Vidéo à voir (Recueil vidéo des capacités de Guérison disponibles à l’ensemble de l’humanité.)

265 médecins témoignent des dangers et de l'inutilité des abus du dépistage systématique...

Le dépistage du cancer de la prostate est-ce vraiement une bonne stratégie de santé ?

L'Aluminium cet Adjuvant Alimentaire, Pharmaceutique, et Cosmétique Omniprésent Partout Qui Nous Rend Malade !

Des Clés Pour Votre Guérison :

Manger Régulièrement de la Viande : Est-ce Bon Pour Notre Santé ?
Méthode de Déparasitage Rapide Pour Renforcer votre Systeme Immunitaire
Guérir les Cancer et la Leucémie
Guérir Du Sida
Guérir les Maladies "Incurables"
Sclérose en Plaques, Une Cause Élucidée
Guérisons Atypiques
Hémorroïdes, Varices, Candidose
Prévention Cancer
Intolérance au Gluten, Maladie Coeliaque
Comment Aider/Soigner une Personne EHS / Eléctrohypersensible ?
Guérir la Leishmaniose
La Nourriture pranique, peut elle vous assurer la santé totale?
Magnétisme Miraculeux...
Régération, Méthode du Dr GRABOVOI.
Suite : Les codes de guérison.
Comment Mieux Prévenir ce Cancer du Sein (en forte croissance) ? Le VERITABLE Risque des hormones artificielles.
Comment hydrater correctement et intelligemment son corps ?
Mieux Comprendre l'électrosensibilité
Soyez Heureux ! Gérez simplement vos émotions, alors votre vie va s'améliorer à tous points de vue...

D'Autres Remèdes Existent:

La Sève de Bouleau : un Élixir Précieux
Comment Utiliser l'EFT ? La Technique de Libération des Émotions.
La Puissance de L'Argent Colloïdal
MMS ou CL-O2 un Remède Miracle ?
Le 714X un Remède Miracle ?
Le Kéfir Puissant Probiotique
Les Bienfaits du Magnésium
Les Aliments qui Protègent de la Radioactivité
Thérapie pour le VIH/Sida selon Dr Clark
Programme d’assainissement de la dentition selon le Dr Clark
Programmes Antiparasitaires Méthode Dr Clark
Programmes Clark de Nettoyage Reins, Foie, Vésicule Biliaire
Pour Le droit de Semer et de Vivre en Bonne Santé

Sources d'Empoisonnement Méconnues

Dans quel proportion devrions-nous consommer les Produits Laitiers ?
D'où vient le "Syndrôme des Morgellons"?
ChemTrails (Par Michel Dogna)
ChemTrails (...suite)
Empoisonnement par le Mercure
L'étrange maladie des Morgellons
Liste des médicaments contenant la substance : Thiomersal, le Mercure.
Vidéos Conférences Utiles
Médicaments & Santé
Bien Gérer les Climatisations!
Comment devient-on EHS ?
Parasites & Épidémies Menacante, Leishmaniose
La Chimiothérapie est-ce vraiment sans danger ? Une étude scientifique révèle l'imposture...

Infos "Réjouissantes!" :

Livres Utiles (Téléchargement)
Transformation, Régénération et Guérison par la Méthode de Concentration du célèbre Dr GRABOVOI.
=> Suite : Les codes de guérison du Dr GRABOVOI.
Acupuncture et MTC
Longévité au Japon
Les Formidables Trouvailles de Gaston Naessens
Livres Environnement Santé
De Belles Histoires, pour Rire et s'Émouvoir Positivement.
Témoignage de Daniel Barenboim
L'Ahurissante Volte-Face du Gouvernement !
Pour la Santé de Nos Enfants... Projet de Loi 531
La Malédiction du Gaz de Schiste
Les anges ne jouent pas de cette HAARP
Qu'est-ce que cette "Médecine Esprit" dont on entend parler ?
Proposition de Loi sur les Technologies sans fil Wifi
Notre Éthique
Sites Amis

Espoir Santé Pour les Animaux

Il y a URGENCE : Sauvez-les... C'est une Question de Survie pour l'Humanité...
Sauvez les Abeilles, Sauvez l'Humanité
Guérisons Stupéfiantes chez nos amis les Animaux
Les Maladies émergentes

Le Nouveau Corona-Virus
Comment Aider / Soigner une Personne EHS / Eléctrohypersensible ?
D'où vient le "Syndrôme des Morgellons"?
 

Note Préalable

Ce site à but non-lucratif, vous donne de façon indépendante (non-alignée) et altruiste de l'information GRATUITE, pour la préservation de votre SANTÉ.

Il contient des concepts pouvant contrarier certains professionnels de la médecine officielle, si bien que nous vous conseillons de consulter d'abord votre MÉDECIN de famille, votre cancérologue, et votre conscience...

Les informations données sont indicatives. Il va de soi que les applications possibles ou les effets thérapeutiques décrits sur ces pages internet ne sauraient remplacer un quelconque diagnostic et / ou un traitement sous contrôle médical. Au moindre trouble, il est absolument nécessaire de consulter un médecin. En aucun cas, les rédacteurs de ce site, ou le webmaster ne pourront être tenu pour responsable des conséquences d'une application incorrecte ou imprudente de l'usage des produits, méthodes et applications présentés au fil de ces pages.

J'ai lu cet avertissement, j'ai plus de 18 ans, je clique ici...

Suite à une demande de fermeture du site reçue en Juillet 2011, probablement liée à ce qui semble être une campagne de censure Internet relative au "politiquement correcte" ; et étant convaincu de la légitimité de ce site à BUT NON LUCRATIF, Notre comité a décidé d'entamer une procédure pour sa survie, et de diffuser ces informations pour protéger notre précieuse LIBERTE D'EXPRESSION.

De tout coeur, nous revendiquons notre tolérance, notre respect, et la sincérité du but altruiste qui nous anime : informer pour sauver des vies... Nous attestons sur l'honneur de n'être affilié à aucune secte, à aucun média, à aucun gourou et donc à aucun parti politique....
Nous vous remercions pour vos messages de soutien et vos aides pour préserver la liberté d'expression de l'humanité et de ses internautes. Merci aux webmasters faisant gratuitement notre promotion. MERCI de tout coeur. Caroline Martin, responsable fondatrice.

Gaston Naessens : 50 ans de controverse

L’histoire que vous allez lire s’étire sur 50 ans et se déroule sur deux continents. Elle concerne un homme dont le nom apparaît dans l’actualité au début des années 1960, en France, et continue de faire surface périodiquement depuis lors.

Gaston Naessens découvre les somatides avec son invention Le texte qui suit fut publié en novembre 1989, au moment où Gaston Naessens s’apprêtait à subir, au Canada, un des procès qui ont marqué sa carrière. Vingt ans plus tard, je crois important de dupliquer et re-diffuser ce texte via Internet afin que soit davantage connu le contexte de la carrière du controversé chercheur et les détails entourant la création du 714-X, (remède au cancer) produit toujours distribué à travers une filière discrète.

Sur ce site club-pour-la-vie.fr , nous croyons dans le génie et l'honnêteté de M. Naessens... Le fait qu'il ait été sans cesse combattu par les institutions, les médias, l'ordre des médecins, démontre à quel point ses inventions et ses découvertes dérangeaient les intérêts des grandes compagnies et dérangeait le "Corps Médicale", devant lequel il n'était pas reconnu, puisque non-médecin, et n'ayant jamais rien publié ...

Gaston Naessens a laissé peu de gens indifférent...
C'est pour honorer ses dignes travaux, et pour illustrer la difficulté que les malades auront à se procurer des remèdes performants, tel que le 714X, que nous reproduisons cet article (nous vous conseillons vivement de lire aussi notre petit commentaire concluant cet article, en bas de cette page... Bonne lecture !) :

<<<

Lorsque j’ai rencontré Gaston Naessens pour écrire cet article à l’automne 1989, j’ai eu l’impression de quelqu’un très sûr de lui qui n’essayait plus (pas) de faire valider ses travaux par d’autres ou de trouver, dans d’autres recherches, la confirmation de la validité des siennes. Vous comprendrez pourquoi à la lecture de l’article. Un médecin américain, qui connaît bien Naessens, a dit de lui: "He is a genius, but he might get down the drain" (C’est un génie, mais il risque de finir dans l’égoût). Sans doute faudra-t-il attendre pour connaître le fin mot de l’histoire.

«Le 714-X pourrait bien marquer un point tournant dans l’histoire de la médecine.»

Raymond K Brown, M.D., auteur de: Aids, Cancer and the Medical Establisment

«Je ne promets de miracle à personne.»

Gaston Naessens

à la fin des années quarante, un jeune biologiste français, esprit inventif et passionné de recherche, formule l’hypothèse que le cancer est un désordre d’ordre général qui se localise, plutôt qu’un désordre local qui se généralise.

Et au lieu d’essayer d’agir directement sur les cellules cancéreuses, il cherche à influer sur les processus permettant la prolifération des tumeurs. Diplômé en juin 1945 de l’Union Scientifique, une école du temps de la guerre formée par des professeurs qui avaient temporairement déménagé de Lille à Nice, Gaston Naessens en arrive, en 1949, à mettre au point un médicament destiné à enrayer l’aspect «fermentation» des tumeurs cancéreuses. Ce produit. le GN-24, transformait la lécithine des tissus en lysocithine.

Le médicament, produit par un laboratoire suisse, fut disponible en France et en Suisse, dans les pharmacies, de 1950 à 1960 et se révélait particulièrement efficace sur les sarcomes, des cancers ayant leur point de départ dans les tissus conjonctifs. Cependant, en 1956, Gaston Naessens est condamné pour la première fois pour «pratique illégale de la médecine» parce qu’il fait lui-même des diagnostics à l’aide du microscope qu’il a mis au point et qu’il prescrit le GN-24.

Au début des années cinquante, en effet. Naessens, soupçonnant l’existence de micro-organismes qu’il ne peut voir avec les microscopes disponibles, entreprend de perfectionner l’appareil dont il se sert. Il se rend à Leitz, en Allemagne, et avec l’aide d’artisans de l’optique améliore considérablement la partie optique de son microscope. De retour dans son laboratoire, il le raffine encore en manipulant les longueurs d’onde de la lumière par des procédés électro-magnétiques.

En 1952 il peut ainsi observer des particules que nul ne semble avoir vu avant lui. Il les baptise «somatides». Ces particules, dont le noyau est chargé positivement et la membrane négativement, il les observe dans le sang de tous les humains et de tous les animaux qu’il analyse. En 1959, il établit le cycle complet de la somatide.

Cette année-là, il se rend compte qu’en injectant des cultures de somatides de patients cancéreux à des chevaux, il produisait une réaction d’hyperimmunisation chez l’animal dont il pouvait extraire du sang une gamma-globuline ayant un effet anti-cancéreux chez les souris. L’Anablast, qui allait le faire connaître au monde entier, venait d’être créé.

En 1961, Gaston Naessens obtient un brevet pour l’Anablast. Le 3 juillet 1963, il dépose une publication scientifique portant le numéro 14405 à l’Académie des sciences de Paris. Mais depuis quelques temps déjà, de nombreux médecins français, démunis devant des cas de cancer qu’ils ne savent comment guérir, prescrivent l’Anablast à certains patients. Les résultats sont probants, sans être miraculeux, et le chercheur installé en Corse voit l’intérêt pour l’Anablast grandir rapidement. Mais en janvier 1964 tout dérape.

Un journal anglais lance la nouvelle qu’un chercheur français a mis au point un médicament contre le cancer. En quelques jours la rumeur fait le tour du monde... et dix mille personnes débarquent en Corse du jour au lendemain pour recevoir le médicament «miraculeux». L’affaire Naessens commençait.

Pris de court, le gouvernement français envoie 350 gendarmes de l’escouade anti-émeute pour rétablir l’ordre dans l’île et demande au chercheur de déclarer qu’il ne peut plus fabriquer l’Anablast. Naessens s’exécute et déménage ses pénates à Paris où l’establishment médical et scientifique doit statuer sur la valeur de l’Anablast. En France, tous les journaux font leurs gros titres avec l’Anablast et l’affaire Naessens.

article sur Dr Gaston Naessens - livres gratuits santé guérison À peine quelques jours après avoir foumi au professeur Denoix, directeur de l’institut de cancérologie Roussay de Paris, des échantillons de l’Anablast, celui-ci déclare que le produit n’a aucune valeur et que les éléments que Naessens voit dans son microscope ne sont autres choses que des «figures myéliniques» connues, artéfacts de coloration des frottis sanguins.

Selon Naessens, un si court délai était tout à fait insuffisant pour démontrer quoi que ce soit sur la valeur de l’Anablast et le professeur Denoix, grand patron des maladies cancéreuses, n’a attendu aucune étude pour émettre son opinion. Le procureur du gouvernement tranche: Gaston Naessens sera traduit en justice sous l’accusation de pratique illégale de la médecine.

L’instruction du procureur dure trois mois, un délai excessivement long au cours duquel, à l’évidence, celui-ci rassemble diffillement les preuves susceptibles de faire condamner Naessens.

En avril 1964, Naessens reçoit une lettre d’un certain René Guynemer, citoyen canadien, le pressant de venir soigner son enfant. Le Guynemer en question s’appelle en réalité René Lamer, un personnage à la réputation un peu douteuse, aujoud’hui décédé.

Mais René Guynemer/Lamer arrange une rencontre entre Naessens et l’ambassadeur canadien à Paris, Jules Léger. Les deux hommes persuadent Naessens qu’il pourra continuer ses recherches en paix au Canada et le convainquent de quitter la France. Naessens accepte l’invitation, suivant ainsi la recommandation d’un haut gradé de la police française dont il avait traité avec succès un enfant et qui lui suggère de quitter le pays s’il ne veut pas passer quelques années en prison.

Lors de son escale à Londres, Gaston Naessens écrit tout de même au gouvernement français pour dire qu’il se tient à sa disposition lorsque la date du procès aura été déterminée. Il y retournera effectivement en mai 1965 et sera condamné à une amende.

Mais l’arrivée au Canada, qui devait être très discrète, fait l’objet d’un battage publicitaire monstre et l’affaire Naessens se poursuivit au Québec dans un climat frisant l’hystérie. Tout le monde retient son souffle en attendant la guérison du petit René Guynemer, atteint de leucémie. Après le décès de l’enfant en juillet 1964, les choses se calmèrent et Naessens fut oublié jusqu’en mai 1984 alors que le chercheur se trouva confronté à Augustin Roy lors d’un débat télévisé.

Roy le traite de «charlatan» et quelques mois plus tard, Naessens fait l’objet de six accusations de voies de fait ayant causé des lésions, de fraude et de négligence criminelle ayant entraîné la mort. Plus tard on rajoutera 64 accusations pour pratique illégale de la médecine. Le mandat de perquisition ayant mené à ces accusations ayant été contesté jusqu’en Cours supérieure, ce n’est finalement que le 6 novembre prochain qu’aura lieu le procès pour cinq de ces accusations (la sixième a été abandonnée).

Mais le 30 mai 1989, sous l’oeil des caméras et des journalistes, prévenus à l’avance, Gaston Naessens était arrêté en grande pompe, pour avoir soi-disant trompé trois personnes, dont deux agents doubles de la Corporation des médecins du Québec, sur leur état de santé. La deuxième affaire Naessens vient de commencer.

«Une réalisation majeure pour l’humanité».
William L. Harris, M.D., Directeur, Medical Therapeutics, Ortho Pharmaceutical Corporation

Bernard Baril en est convaincu: c’est le 714-X qui a fait disparaître en quelques semaines le sarcome de Kaposi qui était apparu sur son palais. Porteur du VIH, il est l’une des nombreuses personnes atteintes du SIDA qui disent avoir vu leur état s’améliorer du tout au tout suite au traitement inventé par le biologiste et chercheur Gaston Naessens.

Au Québec seulement, entre 1 800 et 2 000 personnes, principalement des cancéreux mais également des gens atteints d’autres maladies dégénératives, auraient bénéficiés clandestinement de ce traitement disponible depuis 1977. Aujourd’hui le 714-X est utilisé également en France, en Autriche, en URSS, au japon, en Belgique, en Suisse et aux Etats-Unis où une expérimentation sur une grande échelle avec un groupe de sidéens a actuellement lieu clandestinement dans la région de Los Angeles.

Officiellement, le 714-X, du chlorure de camphorimine selon les responsables de brevet chez Robic et Robic, n’a aucune valeur: «Du camphre et de l’eau» a déclaré Augustin Roy. Quant à Santé et Bien-être social Canada, on considère qu’il s’agit d’un produit dangereux pour la santé, entre autres raisons, parce qu’il ne semble pas s’agir d’un composé «imine» comme le mentionne l’étiquette du produit.

Selon un informateur, l’analyse au spectrogramme de masse en phase gazeuse dont se servent les experts de Santé et Bien-être Canada, ne peut montrer la nature «imine» du produit parce que le spectre de l’azote cache celui de l’imine. Il existe donc une mésentente sur la nature exacte du 714-X et le nom à lui donner.

Cependant le 714-X n’est pas tout à fait un remède «miracle», comme la presse a la fâcheuse tendance à le qualifier, même s’il semble agir sur plusieurs types de maladies dégénératives. Mais le plus explosif, à long terme, n’est pas le 714-X mais bien la théorie et les observations scientifiques qui ont présidé à son élaboration.

Les «somatides»

Selon Gaston Naessens, le sang de toute personne, saine ou malade, contient une particule qui prend une forme «spore» puis «double spore» avant d’être éliminée par l’organisme. La fonction de ces éléments est d’émettre une hormone de prolifération, la tréphone, identifiée par Alexis Carrel en 1924, qui permet la division cellulaire nécessaire au renouvellement des cellules du corps. Dans les organismes sains, cette division cellulaire est bloquée au niveau adéquat par des inhibiteurs sanguins.

Cependant lorsque les inhibiteurs sanguins ne sont pas en quantité suffisante, sous l’effet du stress, de la fatigue ou d’un déséquilibre quelconque, la somatide poursuit son cycle et peut prendre diverses formes bactériennes, lévurides et mycéliennes1 avant de se transformer finalement en un «thalle» qui éclate et libère une énorme quantité de nouvelles somatides. Ces nouvelles somatides engendreront un surplus d’hormones de prolifération qui provoqueront ultimement la naissance de cellules anarchiques. Quant au «thalle», il laisse un déchet fibreux qui est souvent observé dans les analyses sanguines et dont on n’a jamais pu justifier la présence autrement qu’en le qualifiant d’«artéfact» (c’est-à-dire fabriqué par l’homme), mais sans pouvoir expliquer sa genèse.

La théorie selon laquelle les bactéries associées à des maladies ne sont pas importées de l’extérieur, mais se développent à cause de la nature du «terrain» de chaque individu, n’est pas vraiment nouvelle. Le scientifique français Antoine Béchamp (1816-1908), un contemporain de Pasteur, avait formulé une théorie en ce sens. Tout au cours du XXe siècle plusieurs chercheurs ont également observé des organismes pléomorphiques (capables de prendre plusieurs formes) mais le domaine étant toujours resté controversé, les recherches dans ce domaine demeurèrent l’apanage de personnalités à l’esprit peu orthodoxe, souvent rejetées par leurs contemporains.

Parmi ceux-ci les noms d’Almquist (1852-1946), un médecin et bactériologiste suédois qui jeta la base des recherches ultérieures de Leyton (Angleterre), Von Brehmer (Allemagne), Mon (Italie) et Villequez (France). Mais c’est Royal Rife, un chercheur américain fort peu orthodoxe ayant lui aussi mis au point son propre microscope, qui démontra que ces organismes étaient clairement visibles dans des spécimens de cancer humain à un grossissement de 30 000 X.

Rife démontra également qu’il pouvait transformer une espèce de bactérie en une autre (E. coli en Typhus) par des manipulations de l’environnement et des nutriments. Malheureusement, les théories de Rife et la thérapeutique qu’il avait élaborée (à base d’ondes radio) furent violemment combattues par l’American Medical Association et il fut éventuellement emmené devant les tribunaux2.

De la même manière, d’autres chercheurs ont pu associer la présence de certaines bactéries à diverses formes de cancer et de maladies dégénératives. En 1981, le Dr Alan Cantwell, un dermatologue américain, démontra la présence d’organismes pléomorphiques, particulièrement des mycobactéries, dans les lésions du sarcome de Kaposi.3 Mais Naessens serait le premier à prouver l’existence d’un micro-organisme existant de façon permanente dans le sang, et au sein même des globules rouges, et à démontrer le cycle de développement de ce micro-organisme dans les maladies dégénératives.

Deux chercheurs canadiens de l’Université McMaster, les Dr. John Bienenstock, professeur associé de médecine et Daniel Y.E. Perey, M.D., assistant professeur de pathologie et de chirurgie, qui ont travaillé plusieurs mois auprès de Gaston Naessens, écrivaient en 1972: «Nous avons vérifié dans nos laboratoires, avec une assurance scientifique raisonnable, les prétentions de M. Naessens selon lesquelles on peut isoler dans le sang de sujets en santé, humains ou animaux, des micro-organismes qui peuvent croître par la suite dans un milieu de culture artificiel.

Ces micro-organismes possèdent des propriétés très inhabituelles, comme la capacité de passer au travers de filtres bactériens normaux, la résistance à l’ébullition et à la lumière ultraviolette. Ces trois procédés sont utilisés couramment en recherche et dans l’industrie pour stériliser les fluides, cependant, en dépit de ces traitements, les micro-organismes que nous pouvons maintenant isoler continuent de croître et prennent plusieurs formes au cours d’un cycle en plusieurs phases. En autant que nous pouvons en être sûrs, ces micro-organismes ne sont pas le résultat de contamination.»

Un microscope unique au monde

La principale difficulté pour l’observation des somatides et des formes qui en dérivent a toujours résidé dans la résolution des microscopes optiques qui sont les seuls permettant l’observation in vivo. Même aujourd’hui, les meilleurs microscopes optiques permettent des grossissement de 1 800 fois avec une résolution de 0.1 micron4. Les microscopes électroniques sont capables de grossissements de millions de fois avec une résolution de 30 à 50 angströms mais les objets observés doivent être séchés et fixés de sorte que seuls leurs «squelettes» sont observables. Le microscope de Gaston Naessens permet cependant d’atteindre des grossissements de 30 000 fois avec une résolution de 150 angströms.

Deux sources lumineuses, l’une incandescente et dont la longueur d’onde est de 3300 angströms, l’autre ultraviolette et de 1850 angströms, entrent en battement et produisent une troisième longueur d’onde. Cette onde passe à travers un filtre mono-chromatique qui produit une raie. Cette raie est ensuite soumise à des champs magnétiques (effet Zeeman) qui la multiplient et produisent de nombreuses raies parallèles. Ces raies parallèles passent à travers des cellules de Kerr qui en augmentent la fréquence. C’est cette source lumineuse, invisible à l’oeil nu, qui frappe les lamelles. L’image sera ensuite reconstituée par le microscope.

principe de fonctionnement de l’invention du Dr Naessens - sante vieLe principe du microscope de Gaston Naessens est que plus la longueur d’onde lumineuse est courte plus il est possible de voir des détails infiniment petits. M. Naessens estime qu’il en coûterait environ 100 000 $ aujourd’hui pour fabriquer un microscope semblable.

Qualifié de «farfelu» par Augustin Roy, le microscope de Gaston Naessens tirait le commentaire suivant aux professeurs Bienenstock et Perey: «Nous avons personnellement observé ce microscope et nous le considérons de très loin supérieur à tout ce que nous avons pu obtenir avec les microscopes commerciaux disponibles.»

Rejoint à son bureau de Québec, M. Léonard Lebel, directeur commercial chez Wild Leitz, une des principales compagnies d’optique au monde, et qui a pu observer le microscope de Gaston Naessens en compagnie du professeur Peter Nobel de McGill, estime que «le mot "exceptionnel" n’est pas trop fort» pour désigner l’appareil.

«Si nous ne n’y sommes pas intéressés davantage, c’est que notre compagnie avait d’autres priorités, mais nous n’en sommes pas désintéressés», explique-t-il. à la fin août, M. Rolf Wieland, directeur de Zeiss Canada, agissant à la demande de la Fondation Macdonald-Stewart, entreprend d’évaluer l’appareil de Gaston Naessens. Très impressionné, il propose à Gaston Naessens de monter son équipement sur un des plus récents modèle de microscope de la compagnie. Encore une fois Gaston Naessens semble avoir l’occasion de faire de son appareil «farfelu» le nec plus ultra des laboratoires de microbiologie.

La genèse du 714-X

En 1966, Gaston Naessens, qui survit depuis deux ans en travaillant chez un ami électronicien à Laval, rencontre le philanthrope montréalais David Stewart. Homme d’avant-garde, Stewart se montre vivement intéressé par les recherches de Naessens et lui offre de refaire son laboratoire. «Tant qu’on ne m’aura pas démontré que vous avez tort, je financerai vos recherches», lui aurait-il déclaré.

Un premier laboratoire est installé à Montréal, derrière l’usine de tabac Macdonald, sur la rue Ontario mais devant le tollé de certains leaders de la recherche sur le cancer, Stewart suggère à son protégé de s’installer dans un endroit plus isolé. Le chercheur, recevant désormais une allocation mensuelle de la Fondation Macdonald Stewart via l’Hotel-Dieu de Montréal, s’établit d’abord à Sherbrooke puis à Rock Forest où il installe son laboratoire.

Sa première tâche sera de perfectionner encore son microscope, ce qui lui permettra de déterminer, en 1969, que la somatide existe à l’état liquide dans le sang et à l’intérieur même des globules rouges. Puis Naessens se met à rechercher le moyen d’agir sur le cycle de la somatide. Finalement le 71 4-X est découvert en 1977.

Les premières expériences sur des chats atteints de lymphomes (cancer des ganglions) donnent des résultats spectaculaires. Puis un premier malade (qui était au courant des recherches de Naessens depuis l’arrivée du chercheur au Canada), M. Roland Cathy, atteint d’un adénosarcome de la prostate, une forme très virulente de cancer pour lequel on lui donnait six mois à vivre, s’injecte le produit et voit disparaître toute trace de tumeur en quelques mois. Cathy, témoin vivant du succès du 714-X, devient le premier maillon de la filière clandestine du médicament.

En 1978, le regretté Fernand Séguin, le journaliste et vulgarisateur scientifique le plus connu et réputé du Québec, qui était lié au chercheur de Rock Forest, accepta de substituer son nom à celui de Gaston Naessens afin que celui-ci puisse faire effectuer le test de toxicité aigue (LD-50)5 du 714-X sans éveiller de soupçons. Les Laboratoires Bio-Recherches de Pointe-Claire émirent leur rapport le 18 septembre 1978 en concluant que le 714-X ne produisait aucun signe apparent de toxicité à part l’ataxie et des convulsions à doses très concentrées.

Le 714-X est un produit à base de camphre qui a été chargé d’une molécule d’azote. Le 13 mars 1980, un brevet fédéral fut accordé à Gaston Naessens pour le 714-X, sous le nom «chlorure de camphorimine» ainsi que l’avaient recommandé les experts de la firme de brevets Robic et Robic. Mais lorsque Gaston Naessens demanda au département de chimie de l’Université de Montréal de faire la synthèse du chlorure de camphorimine selon les méthodes classiques, il se révéla que le chlorure de camphorimine était un produit toxique et que le 714-X avait donc été mal identifié.

Ce quiproquo sur la nature du 714-X n’a pas encore été réglé, même si en juin 1980, Robert Déziel et Denis Gravel, directeur du département de chimie de l’Université de Montréal, analysèrent la composition du 714-X par un test de résonnance magnétique nucléaire. Selon Denis Gravel, il est fort possible que les manipulations nécessaires à l’analyse du produit en aient changé l’équilibre, cependant les tests de RMN démontraient seulement la présence de camphre.

Bref, il semble que la seule manière fiable de connaître la nature précise du 714-X soit l’analyse des cristaux aux rayons X de façon à en déterminer la structure moléculaire. Malheureusement pour Naessens, les trois bocaux de cristaux qu’il destinait à ce test ont été saisis lors de la perquisition à son domicile, le 31 mai dernier.

Quoiqu’il en soit de sa structure moléculaire, la fonction du 714-X, contrairement à la chimiothérapie traditionnelle, n’est pas de tuer les cellules cancéreuses mais plutôt de les nourrir afin que le système immunitaire puisse reprendre le dessus et les éliminer.

On sait en effet et depuis longtemps que les tumeurs cancéreuses, lorsqu’elles ont atteint une masse critique, ont un énorme besoin d’azote pour se développer. Elles sont d’ailleurs qualifiées de «nitrogen traps», de «pièges à azote». Elles puisent évidemment cet azote dans le corps. Or Gaston Naessens prétend avoir identifié une substance émise par les masses cancéreuses, le «facteur cocancérigène K», une enzyme dont la fonction est de paralyser les cellules T4, maîtres d’oeuvre du système immunitaire.

Ainsi les tumeurs peuvent tirer tout l’azote dont elles ont besoin sans être rejetées par les globules blancs et les lymphocytes. Les cellules cancéreuses ayant un tropisme (une attirance) marqué pour le camphre, Gaston Naessens utilise ce produit comme porteur de l’azote destiné aux cellules cancéreuses. Celles-ci, gavées d’azote par le 714-X, n’émettent plus le facteur co-cancérigène K qui paralysait le système immunitaire.

L’effet serait immédiat et spectaculaire. Le Dr Florianne Piers, un médecin belge, et le seul à ce jour à avoir pris position, est formelle sur la réalité de l’action du médicament. Quant aux effets secondaires, elle affirme qu’il n’y en a aucun. Les sept patients qu’elle suit depuis six mois ont tous retiré des effets positifs du 714-X.

Selon Gaston Naessens, le pourcentage de rémission des cancers en phase terminale est de 25 %, de 50 % pour les cancers avancés et de 100 % pour les cancers primaires qui n’ont pas encore fait de métastases. De pareilles statistiques, si elles sont vraies, laissent rêveurs.

Sans doute est-ce pour cela que le 29 juillet 1987, le docteur Francesco Bellini, président et chef de la direction du célèbre institut de recherche IAF-Biochem, rendit visite à Gaston Naessens à son laboratoire de Rock Forest. Bellini était accompagné de Me Lawrence Wilson, l’avocat de IAF-Biochem. Les deux hommes se montrèrent très intéressés par les recherches de Naessens.

Le 13 octobre suivant, Naessens recevait un projet de contrat lui offrant de céder à IAF-Biochem l’exclusivité des droits de commercialisation du produit pour dix ans, une fois que le 714-X aurait été identifié. Craignant d’être écarté des recherches et de n’avoir plus son mot à dire, Gaston Naessens refusa le contrat et les choses en restèrent là. Mais depuis longtemps le 714-X était accessible par un petit réseau de thérapeutes alternatifs et se propageait tranquillement par le bouche à oreille.

La filière clandestine

Selon Gaston Naessens, il y a huit thérapeutes qui foumissent le 714-X à leurs patients au Québec. Pour sa part, depuis les accusations de 1984, le chercheur de Rock Forest se borne à déterminer la gravité de l’état des patients grâce à l’observation microscopique de leur sang. Comme il est impossible, selon M. Naessens, d’obtenir un diagnostic valable plus de 20 minutes après la prise de sang, les patients doivent se rendre au domicile du chercheur.

Bien au courant de ce fait, les agents doubles de la Corporation des médecins se sont servis de cette procédure pour piéger le chercheur en mai dernier. Selon eux, Gaston Naessens aurait déterminé une condition cancéreuse chez un des agents doubles et lui aurait prescrit le 714-X. Gaston Naessens, lui, prétend le contraire et aurait convaincu la fausse patiente qu’elle n’avait rien, contrairement au dossier médical qu’elle lui avait apporté et qui déterminait une telle condition.

La première question venant à l’esprit, lorsqu’on prend connaissance de ce qui semble être l’évidence du succès du 71 4-X, est: pourquoi ce traitement n’est-il pas reconnu? Ou encore, comme le demandait un neurologue ayant pris connaissance des documents visuels et de la théorie des somatides de Gaston Naessens: comment se fait-il que personne n’ait découvert ça avant lui?

Si on peut répondre à cette deuxième question en pensant aux propriétés uniques de son microscope, la réponse à la première, en revanche, est moins évidente pour le commun des mortels. Pour les gens habitués au monde de la recherche, elle semble cependant facile: si vous ne travaillez pas dans un domaine reconnu, il est extrêmement difficile de publier vos travaux et si vous n’avez rien publié, personne ne s’intéressera à ce que vous faites.

Walter Clifford, un bactériologiste américain ayant travaillé plusieurs années pour l’armée américaine, résumait ainsi la question en juin dernier: «Si vous ne vous en tenez pas à la ligne officielle, les bonzes de la médecine ne veulent même pas savoir ce que vous avez découvert, peu importe ce que c’est.» Et sans doute peut-on ajouter: et si vous n’avez aucun diplôme officiel, aussi bien oublier tout ça.

Selon le Dr Augustin Roy: «Si Naessens était un vrai scientifique, il aurait soumis ses travaux à une évaluation impartiale depuis longtemps. Si c’était vrai qu’on avait découvert un médicament efficace contre le cancer, le monde entier le saurait.»

Au journaliste qui lui demandait si le corps médical avait évalué le médicament, il répondit: «Ce n’est pas notre travail.» Pour lui rendre justice, disons que sa réponse est une demi-vérité. Chaque jour les médecins n’arrêtent pas de tester les médicaments qui ont été acceptés par les instances gouvernementales mais qui seront retirés du marché dans quelques années lorsqu’on aura découvert que leurs effets secondaires sont plus graves qu’on le croyait au départ.

Mais pour lui rendre toute justice, disons que les médecins québécois vivent dans la terreur de se voir retirer leur droit de pratique s’ils collaborent ouvertement avec des thérapeutes alternatifs. Nombreux sont ceux qui peuvent en témoigner. De la même manière, plusieurs médecins se sont montrés prêts à suivre des patients traités avec le 714-X mais jusqu’à présent, seul le Dr Réjean Thomas, de la Clinique l’Actuel, a osé s’afficher publiquement.

Selon un des thérapeutes membres de la filière Naessens, tous les médecins qui ont collaboré avec lui ont encouru les foudres de la Corporation. Comme cet organisme n’autorise que les traitements reconnus, c’est-à-dire approuvés par "Santé et Bien-être social Canada", seuls de rares thérapeutes alternatifs ont pris le risque de donner les traitements au 714-X.

«Les gens nous arrivent une fois qu’ils ont épuisé tous les recours de la médecine officielle, précise l’un d’eux, iIs sont au bout de la corde, souvent dans un état lamentable dû, en partie, aux traitements de chimiothérapie.»

«Est-ce qu’on peut refuser un traitement à quelqu’un dont c’est le seul espoir de survie, même si son cas semble irrémédiable, demande un autre thérapeute clandestin. On reçoit des téléphones de gens complètement désespérés. C’est sûr qu’il serait facile d’abuser de ces gens-là mais, à ce que j’en sais, tous les gens qui peuvent fournir le 714-X ont un comportement éthique.»

Selon Gaston Naessens, l’ampoule contenant assez de produit pour dix injections coûte 40 $ aux thérapeutes, soit 4 $ par injection. Il semble que, selon le degré de travail des thérapeutes, le traitement puisse coûter aux patients jusqu’à 60 $ l’injection. Ce qui n’est pas entièrement déraisonnable s’il faut passer une heure ou deux avec une personne. Mais certaines rumeurs, provenant de membres du corps médical, veulent que des gens aient payé beaucoup plus cher que cela.

Lorsque j’ai rencontré M. Y., membre depuis 1980 de la filière clandestine du 714-X, il m’est apparu évident que ce thérapeute n’avait pas profité de sa position pour s’enrichir. Sa demeure, très modeste, lui servait en même temps de bureau pour accueillir les patients qui avaient entendu parler des propriétés du 714-X. Muni d’une solide formation de base en sciences de la santé, comme la plupart des autres membres de la filière clandestine, Y. a fourni le 714-X à des centaines de personnes. «Si j’avais voulu m’enrichir, j’aurais pu le faire facilement avoue-t-il. Je chargeais aux gens 30,00 $ l’injection tant qu’ils ne pouvaient pas le faire eux-mêmes. Ensuite, ils payaient simplement le produit.»

Un traitement efficace?

Selon M. Y., qui a une connaissance très poussée du 714-X et des travaux de Gaston Naessens, n’importe quelle étude scientifique faite sur des malades démontrera l’efficacité du médicament. «Mais est-ce moral de faire une étude avec un groupe témoin sur des patients atteints de cancer? Certains sont condamnés à mourir et les autres ont une chance de s’en sortir. Comment peut-on faire une chose pareille?»

Selon un porte-parole de la Fondation MacDonald-Stewart, Guy Ducharme, deux équipes de recherche d’universités canadiennes, l’une de McMaster et l’autre de Guelph, furent chargées de vérifier la validité des affirmations de Naessens mais les rapports d’évaluation furent déclarés «non concluants».

Gaston Naessens explique que l’étude de McMaster, commencée en 1972 par le Dr Perey, fut abandonnée à sa demande après que le professeur Perey ait été nommé à un autre poste et que les étudiants qui avaient été chargés de poursuivre les travaux se soient mis à travailler sur le polymorphisme d’un cycle bactérien.

Quant à la seconde étude, réalisée de 1980 à 1983 par le Dr Valli du département de pathologie de Guelph, Gaston Naessens n’a jamais pu en étudier les résultats et M. Ducharme de la Fondation Macdonald-Stewart refuse qu’un journaliste la consulte en prétextant que l’exemplaire de la Fondation est du domaine «privé». Bref, difficile de savoir pourquoi, sur quoi et en quoi elle fut «non concluante».

Pour sa part, le Dr Richard Morissette, microbiologiste de l’Hôtel-Dieu, a entendu parler de Gaston Naessens depuis plusieurs années et a même vu certaines photos que lui avait montrées le Dr Raymond Brown. «J’ai vu des succès extraordinaires de M. Naessens, dit-il, mais aucun cas de rémission. Des gens qui souffraient de fièvre depuis des années, soudainement guéris. Mais je ne sais pas si une injection d’eau n’aurait pas eu le même résultat. Je connais des dizaines d’anecdotes au sujet du 714-X, mais ça ne fait pas une preuve scientifique, vous savez.»

Quant au Dr Réjean Thomas, s’il accepte de suivre des personnes utilisant le 714-X, il est très prudent: «Il y a des sidéens dont l’état s’améliore de lui-même. Ça va me prendre six mois de suivi sur un patient avant que je puisse émettre une opinion. D’autre part, on ne connaît pas d’injection intraganglionnaire en médecine, ce n’est pas une procédure médicale. Il est certain que ça prendra des études à double insu pour avoir une opinion définitive.»

Or, jusqu’à présent, étude à double insu il n’y a pas eu. Personne, non plus, n’a pu vérifier par des analyses de laboratoire la structure moléculaire exacte du produit, pas même Gaston Naessens qui, mis au pied du mur, travaille actuellement à produire une cristallisation qui serait analysable aux rayons X. Et d’autres questions encore: «Pourquoi Naessens n’a-t-il pas fait patenter son microscope? demande le Dr Morrisette.

Les sidéens sont prêts à dépenser des fortunes pour se guérir et il existe une incroyable contrebande de toutes sortes de produits actuellement.» Mais lorsque je lui ai demandé s’il serait prêt à faire les tests qu’il réclame, le Dr Morrisette a dit qu’il avait d’autres choses plus importantes à faire que de s’occuper de M. Naessens et qu’il laissait la Corporation [des médecins] s’occuper de ça. Bref, peu importe ce que Naessens a découvert, il ne veut toujours pas le savoir... même après 25 ans: en juillet 1964, le Dr Morrissette faisait son internat à l’Hôpital Ste-Justine.

Que s’est-il vraiment passé à l’Hôpital Ste-Justine en 1964  ?

Janvier 1964
Les rumeurs emplissent les journaux canadiens. En France un «guérisseur» fait des miracles dans la lutte au cancer grace au vaccin qu’il a mis au point. Plusieurs personnes disent avoir été guéris par le biologiste autodidacte.
De peur d’être dépossédé de son médicament et vu le coût des analyses, Naessens n’a jamais soumis son remède l’examen de la médecine officielle qui en bannit l’utilisation en France. Les rumeurs valsent: «Alerte mondiale pour les cancéreux: l’espoir de guérir est suivi de la consternation des familles et des malades! Le sorcier corse est un fumiste.»

Février 1964
L’affaire Naessens fait la une des journaux québécois de façon très émotive. à la suite de la parution du rapport Denoix, on écrit que les soubresauts de l’affaire Naessens «pulvérisent l’espoir de centaines de familles avec enfants malades». Me Alban Flamand, président de la Ligue des droits de l’homme insiste pour que les scientifiques procèdent minutieusement à l’examen du médicament. Entretemps, Naessens déclare quitter la France. L’hôpital Rockfeller de New-York lui propose de venir soigner un de ses malades.

Avril 1964
Paul Martin, ministre des Affaires étrangères, accorde à Gaston Naessens la permission de traiter quelques cas au Canada et de poursuivre ses travaux.

Mai 1964
Sollicité pour une autorisation par un certain M. Guynemer, le ministère fédéral de la Santé ne s’oppose pas à l’Anablast et brandit la loi sur les nouveaux médicaments pour renvoyer la balle dans le camp provincial. Peu après, on apprend que le Collège des médecins ne s’oppose pas à la vaccination du sérum dans le cas du petit René Guynemer. Selon le Collège, «on ne doit pas priver les malades, surtout incurables, de la moindre chance de guérison.»
A la mi-mai, le petit René Guynemer est hospitalisé à Ste-Justine pour recevoir le traitement classique contre la leucémie. Au début du printemps, les médecins ne lui donnaient que quelques mois à vivre. De son côté, Naessens se montre très confiant et déclare qu’il «guérira le petit Guynemer» ou contribuera du moins à améliorer son état de telle sorte quel l’expérience constituera un pas en avant dans la lutte contre le cancer.

Juin 1964
Naessens prépare son Anablast sous la supervision constante du Dr Armand. Frappier. Il produira 88 ampoules de l’Anablast dont 50 seront remises à Armand Frappier pour analyse et 38 au Dr Royer, directeur de Ste-Justine. Selon les journaux, le petit Guynemer reçoit la première injection le 17 juin. Entre-temps le Collège des médecins déclare que l’Anablast n’a aucune valeur mals que l’inoculation du vaccin sera poursuivie pour des raisons humanitaires. Le 27 juin, on rapporte que les injections d’Anablast sont suspendues et que le cas de René Guynemer s’aggrave. Le 4 juillet, l’enfant décède. Le public, de toutes parts, demande que la lumière soit faite sur l’Anablast. Ultérieurement, Gaston Naessens se voit remettre les 38 ampoules qui auraient dû servir à la vaccination de René Guynemer.

Septembre 1989
Le service des archives de l’Hôpital Ste-Justine refuse de révéler s’il existe un dossier au nom de René Guynemer. Le père de l’enfant est décédé, sa mère est quelque part dans la nature et le Dr Royer ne répond pas. Vingt-cinq ans plus tard, la première affaire Naessens a encore ses zones de mystère.

épilogue (novembre 1999)

On aurait pu croire que la publicité faite autour du 714-X à la fin des années 1980 amènerait M. Naessens à fournir un peu plus d’information sur ses travaux et concepts. Certes, il a mis au point vers le milieu des années 1990 un adapteur permettant d’augmenter la résolution des microscopes mais plusieurs témoignages de gens ayant travaillé de près avec lui concordent et portent à penser que le chercheur ne veut pas vraiment éclairer les choses en ce qui concerne ses travaux autour de la somatide. La zone d’ombre et de mystère serait donc volontairement entretenue même s’il existe des données permettant de penser que le chercheur a réellement trouvé des choses inédites. C’est dommage mais ça explique aussi pourquoi certaines personnes se posent encore la question : fumiste ou génie ?

Ressources

· Information sur le 714-X: Initiative canadienne pour la recherche sur le cancer du sein.
Un des rapports d’étude les plus objectifs sur le 714-X et les travaux de Gaston Naessens. Sélectionner l’option "médecines douces" puis 714-X.

· Pour obtenir le 714-X : CERBE Distribution (www.cerbe.com)

 

Notes

1. Les formes lévurides ressemblent à des levures, les formes mycéliennes sont des formes filamenteuses.2. Rapporté par R. Brown dans Aids, cancer and the Medical Establishment, Robert Speller, New York, 1986. voir également. Bary Lines, The Healing of cancer et The cancer cure that Worked, Marcus Books, Canada, 19893. Brown, op. cit4. Un micron= un millionnième de mètre, un angström= un dix millième de micron.5. Le LD-50 (ou Lethal Dose 50%) est un test consistant à déterminer quelle dose d’un produit quelconque fera mourir 50% d’un groupe d’animaux à l’intérieur d’une période de 24 heures.
>>> source : Christian Lamontagne - www.passeportsante.net

Notre Commentaire:

Dans les années 90 en publiant son livre "La Mafia Médicale", le Dr Ghislaine Lanctôt avait valorisé de son soutien les travaux de Mr. G. Naessens... Nous vous conseillons vivement de lire des livres de Mr G Naessens, de lire des livres de "Ghis" ou Ghislaine Lanctôt, de regarder aussi leurs vidéos sur internet... riche d'enseignements.

Il semble y avoir de moins en moins de doute possible : face à un problème de surpopulation mondiale de la planète Terre , le gouvernement mondial, mène depuis longtemps des campagnes de réduction de population en utilisant tous les moyens à leurs services (guerres entre nations, vaccinations, pollutions volontaires, faux attentats, manipulations mentales, intoxications, Codex Alimentarus : dévitalisation et empoisonnements à l'aspartame et au Glutamate via plus de 6000 produits alimentaires de grande consommation de la grande distribution, et dans plusieurs centaines de médicaments... production d' OGM et stérilisation des semences, incidents nucléaire, fuites chimiques, usage secret d'armes sismique et météorologique (projet HAARP), marquage par micro-puce, etc...)

Face à cela nous sommes condamnés à évoluer en esprit, ou bien à survivre en esclave, ou bien à mourir à court terme...

Nous avons constemment 2 choix : soit la facilité (faire l'autruche) ou bien prendre son courage pour terasser ses peurs et suivre son coeur et son âme.

Faire l'autruche, en vous disant que c'est loin, et que pour vous tout va encore bien, c'est vous condamner à souffrir et à mourir à court terme.

Il est URGENT (en 2010) de mettre rapidement nos vies et nos pensées en bon ordre, et de suivre nos coeurs...

Comme l'a dit un très grand homme il y a 2000 ans... : Le SALUT vient par LA MISE EN PRATIQUE des Lois de l'Amour désintéressé...

Pour Le Bien-être de TOUS,

Caroline Martin.



Vous trouverez les livres et outils du Docteur Hulda Clark, en cliquant ici...


-----------------------------------    Publicité   -   Cliquez sur l'image   --------------------------------
Guérissez vous, vous et vos proches naturellement, simplement! et efficacement!

louer une salle de reunion facilement à Paris - réunion, formation, entretiens à Paris


Affiliation au site (cliquez ici):
santé, guérison, bien-être


© 2006-2014 Club Pour La Vie • Collectif de Bénévoles Sans But Lucratif • Pour une Information Véritable.

Si vous êtes malade, consultez un médecin...

Comment Mieux Prévenir ce Cancer du Sein (en forte croissance) ? Le VERITABLE Risque des hormones artificielles. ♦ Transformation, Régénération et Guérison par la Méthode du Dr GRABOVOI.  ♦  => Les codes de guérison du Dr GRABOVOI ♦  La Chimiothérapie est-ce vraiment sans danger ? Une étude scientifique révèle l'imposture... ♦  Dans quel proportion devrions-nous consommer les Produits Laitiers ? ♦  La Nourriture pranique, peut elle vous assurer la santé totale? ♦  Pour Le Droit de Semer et de Vivre en Bonne Santé ♦  La Sève de Bouleau ♦  Le NCorona-Virus ♦  Le dossier Viande ♦  L'étrange maladie des Morgellons ♦  Pour la Santé de Nos Enfants, SVP, Encouragez votre Député à Étudier Le Projet de Loi qui sera Examiné le 31 janvier 2013 ♦  Guérir Cancer, Leucémie ♦  Comment Utiliser l'EFT ? La Technique de Libération des Emotions. ♦  Sclérose en Plaques ♦  Guérir Sida ♦  En manque d'Énergie ? ♦  Guérir les maladies "incurables" ♦  Détoxination, Rajeunissement, Glutathion ♦  Réparation, Rajeunissement, Carnosine ♦  Médecine Esprit ♦  Les Aliments qui protègent de la Radioactivité ♦  Médicaments & Santé ♦  Vidéos Conférences ♦  L'Argent Colloïdal ♦  CL-O2 remède miracle ? ♦  Le 714X ♦  Le Kéfir ♦  Hémorroïdes, Varices, Candidose ♦  Guérisons atypiques ♦  Les Bienfaits du Magnésium ♦  Téléchargements GRATUITS ♦  Acupuncture et MTC ♦  Longévité ♦  Gaston Naessens ♦  Attention aux Climatisations! ♦  Plus de Livres ♦  Belles Histoires ♦  Les anges ne jouent pas de cette Haarp ♦  Témoignage de D.Barenboim ♦  Sites Amis ♦  Éthique ♦  Thérapie pour le VIH/Sida selon Dr Clark ♦  Prévention Cancer ♦  Intolérance au Gluten, Maladie Coeliaque
Plan des Sites - sitemap